Aujourd’hui

Je suis Charlie

Je savais pas trop quoi dire ces derniers jours ici, alors j’ai préféré garder le silence. Je n’ai pas de réponse face aux événements, pas de formules magiques qui pourraient rendre le monde meilleur. Je pense, qu’en fait, personne n’en a vraiment. Je ne sais pas si demain, dans une semaine, on aura oublié. Si on en reviendra aux mêmes conflits ou aux mêmes désaccords. Si on se foutera encore sur la gueule.

Aujourd’hui, je me sens pas plus française, croyante ou politisée qu’hier. Je me sens juste triste, encore. Parce que, défiant toute logique ou toute raison, des gens qui me font rire depuis longtemps sont morts. Ils étaient là, à dessiner des conneries. Puis l’instant d’après, le vide. Au nom de Dieu, des criminels les ont exécutés puis, continuant leur carnage, ont tué d’autres innocents. Me plongeant plus encore dans l’incompréhension.

Je ne sais pas ce qu’il faut faire. Je lis ça et là sur les réseaux sociaux qu’il faudrait se comporter de telle manière, être triste ou non, marcher ou non, pleurer ou non, parler ou non. Et si on laissait les gens faire ce qu’ils ont envie ?

Pour ma part, j’aurais le temps de penser demain, ou dans quelques jours, à comment améliorer les choses. A mon échelle. M’interroger sur les causes et conséquences de ces événements. J’aurais le temps de réfléchir. Mais aujourd’hui, et pour un temps encore indéfini, je suis dans l’émotion. Et je n’en ai pas honte. J’ai pas honte d’être triste, de pleurer, de parler, de marcher. J’ai pas honte d’être submergée de sentiments contradictoires, et de ne pas avoir d’avis ou de réponses sur tout. J’ai pas honte d’être en colère.

Aujourd’hui j’ai vu défiler des millions de personnes, ensemble. Avec des idées, des idéaux sûrement parfois différents des miens. Mais justement, c’est ça qui était chouette. Qu’on soit Charlie, et qu’on donne à cette petite phrase la signification qui nous importe. Qu’on soit tous Charlie, tous différents mais unis. Dans la tristesse et la rébellion. Dans le deuil et l’espoir.

Je ne suis pas plus ou moins Charlie que toi. Je suis citoyenne, être humain, et j’avais besoin comme beaucoup d’être entourée dans cette épreuve. Parce que merde, à la fin, c’est ça qui compte non ? Se soutenir. Se faire des câlins et partager sa peine. On a tous été blessés cette semaine, et la peine, ça ne se quantifie pas. Ça fait mal puis ça s’apaise.

Et là, de vous voir tous, même si j’étais loin, ça m’a fait un bien fou. Alors pour aujourd’hui, avant que les choses moches reprennent le dessus, je voulais vous dire merci. Vous étiez, partout dans le monde, des Charlie lumineux.

Rendez-vous sur Hellocoton !

One comment

  1. thomas says:

    Clairement !

    On défilait hier et pourtant, je n’ai jamais acheté Charlie Hebdo et ne sont pas forcément de mon côté politique même si je me marrais toujours à voir les dessins dans On n’est pas couché.

    Mais c’est un certain idéal que l’on a voulu soutenir hier.

    En tout cas, pour y avoir été, on a vu qu’il s’est passé un truc. Comme dirait l’autre, y’a un avant et un après.
    Des gens de toutes les générations, niveaux sociaux, … et tout cela dans une sérénité incroyable.

    J’espère que les politiques nous en feront quelque chose et non pas ce que nous a fait la Marine et la boutin.

    J’ai envie de finir par la définition de LGBT : La Grosse Boutin Tagueule !!!

Laisser un commentaire